Edito : La métamorphose des valeurs, menace ou aubaine ?


Pour rester performante, une société doit savoir évoluer. Ce leitmotiv est partagé par tous et plus encore pour une société de conseil comme la nôtre dont le métier est d’accompagner la transformation de ses clients.

En termes de transformation, si l’on regarde ces 10 dernières années, nous pouvons constater une forte évolution du monde qui nous entoure : globalisation de l’économie, accélération des échanges, instantanéité et volume des informations…

Nous vivons de plus en plus dans le culte de l’urgence, accentué par  une concurrence mondialisé et la perte de nos repères. 

Au sein du monde de l’entreprise, ce contexte se traduit par des orientations stratégiques et des méthodes de management qui induisent des comportements de stress au travail, des comportements de protection de soi, de désinvestissement, de démission voire de risques – risques psycho-sociaux – dont on ne parlait pas il y a 10/15 ans.

Il ne se passe pas un mois sans que ne paraisse une étude sur le mal-être des cadres.

Pour les jeunes générations – la fameuse génération Y – on constate des différences de comportement par rapport aux générations précédentes  dans leur rapport au travail pour passer d’un mode de confiance à un mode de scepticisme et  ces jeunes générations n’hésitent plus à afficher de nouvelles postures face au travail.

 Pour notre modèle de société plus globalement, cette accélération fait voler en éclat nos référentiels.

L’année dernière a été marquée par la médiatisation de cas de suicides au travail on s’en souvient, et a mis sur le devant de la scène la responsabilité sociale des Entreprises.

Il y a 2 ans, la chute des plus grandes banques d’affaire et la crise qui s’est ensuivie avait initié une prise de conscience collective de la dérive d’un modèle jugé trop libéral et de l’érosion des valeurs fondamentales qui avaient créés notre société

A l’époque nos Politiques on tenté collectivement de lancer les bases d’une moralisation de nos économies et la définition de nouvelles règles plus éthiques mais on s’aperçoit avec les crises actuelles que la route n’est pas si simple malheureusement.

Plus proche de nous, dans notre vie de tous les jours nous pouvons constater les effets de la crise que nous traversons aujourd’hui : la précarité, l’individualisme, et un malaise social généralisé.

Pourtant, ces conditions de crise devraient être le terreau pour la définition de nouvelles valeurs et cette transformation que nous vivons, devrait donc s’accompagner de nouveaux référentiels et de nouvelles règles, encore faudrait-il s’en donner les moyens ou avoir les bons leviers.

C’est bien là le rôle de la DRH, alignée sur la stratégie de l’entreprise, et à l’écoute de l’ensemble de ses collaborateurs dans un objectif de performance commun.

Auteur : Gilbert DAVID

Publicités

, , , , , , , ,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :