Les carnets de bord des CSP RH : Episode 3 – L’étude d’opportunité, une étape obligatoire… et exigeante….


Mutualiser or not mutualiser…..Vous êtes très nombreux à avoir sollicité l’équipe RH – Management de Kurt Salmon pour qu’elle vous accompagne dans une prise de décision qui engage la fonction RH pour de nombreuses années.

Le processus de décision pour le lancement d’un projet de mise en place d’un CSP RH doit être mené de la manière la plus rigoureuse possible et selon un phasage précis. L’étude d’opportunité en est la première étape et son objectivité doit être totale car la mutualisation n’est pas forcément la réponse à tous les maux et ne s’adresse pas forcément à tous les environnements. C’est également une étude qui est fréquemment reprise, y compris quelques années après la mise en œuvre d’un CSP pour établir un bilan….

Un ROI, c’est bien, mais ça ne suffit pas…

Contrairement à une idée trop largement rependue, une étude d’opportunité ne doit pas uniquement se centrer sur les aspects économiques et la rentabilité du projet. En effet, trop d’entreprises considèrent qu’il suffit qu’un projet apparaisse rentable « sur le papier » pour que son succès soit acquis.

Nous vous l’annonçons….un CSP RH aligné sur ses ambitions stratégiques et opérationnelles initiales est un CSP qui a été pensé en intégrant de manière totalement objective :

–          Les éléments clefs de l’existant et notamment les atouts de l’organisation en place et les contraintes opérationnelles locales,

–          Les attentes et les freins des parties prenantes et des clients,

–          Les éléments structurants propres à l’entreprise et au positionnement de la fonction RH,

–          Les atouts / limites du système d’information au regard des exigences d’une organisation mutualisée.

C’est à partir de ces éléments que le cœur de l’étude d’opportunité pourra être développé avec notamment :

–          La définition du périmètre fonctionnel cible,

–          L’analyse des alternatives organisationnelles possibles et des processus associés (scenarii), 

–          L’analyse économique (Business case),

–          Les apports non-économiques escomptés,

–          La définition de la trajectoire et des « chantiers » à lancer.

L’importance relative de ces différents éléments varie en fonction des contextes, mais au final, il convient de :

–          Associer de manière importante la Direction générale,

–         Mobiliser un véritable chef de projet interne en capacité de pleinement participer aux travaux réalisés par les consultants,

–          Concentrer la réflexion sur un axe temps réduit (entre 2 et 4 mois selon la complexité de l’environnement),

–          Retenir un niveau d’analyse pertinent en fonction des différents thèmes traités,

–          Associer les parties prenantes pour éviter un rejet « politique » des résultats.

L’étude d’opportunité / faisabilité est une des pierres angulaires majeures de toute réflexion sur la mutualisation. Elle doit être lancée et menée avec une totale indépendance intellectuelle et non comme un plaidoyer en faveur des CSP.

Elle peut conduire à la mobilisation de budgets très significatifs mais également à des transformations importantes qui impacteront directement le quotidien de dizaines ou de centaines de collaborateurs. Pour cela elle doit être menée avec une exigence extrême.

Auteurs :

Pierre Michenet, Senior consultant, RH-Management

Yves Synold, Directeur, RH-Management

Publicités

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :